Helmut Lachenmann / Peter Mussbach La petite fille aux allumettes

[Musique]

Premier opéra de l'un des compositeurs allemands les plus importants d'aujourd'hui, La Petite Fille aux allumettes s'inspire du conte d'Andersen dans lequel une petite fille meurt de froid sous les fenêtres illuminées de la bonne société occupée à fêter le Nouvel An.
Pour dire cette solitude et ce froid extrême, Helmut Lachenmann a également convoqué une autre "figure aux allumettes", Gudrun Ensslin, membre de la Fraction Armée Rouge, suicidée ou assassinée en prison en 1977, ainsi qu'un texte de Léonard de Vinci où brûlent "les sulfureuses flammes" de Stromboli et de Mongibello.
Un opéra où "tout ce que le coeur désire" se heurte à une indifférence sourde et muette : "Il faisait un froid terrible" dit la première réplique de La Petite Fille aux allumettes. Les mots eux-mêmes ne se laissent entendre que dans un tremblement.