Boris Charmatz 50 ans de danse

[Danse]

Le nouveau projet du chorégraphe Boris Charmatz tire son origine d'un livre : Merce Cunningham, un demi-siècle de danse – somme photographique qui retrace le parcours de ce monument de l'histoire de la danse. Parcourant en lecture rapide près de cent-cinquante de ses pièces, ce spectacle revisite les mouvements du précurseur, avec John Cage, des jeux de hasard et de combinatoires dans le champ chorégraphique.
Pour Boris Charmatz – initiateur du projet d'école « Bocal » et directeur du Musée de la danse – le patrimoine est avant tout un matériau vivant, propice aux détournements et aux réappropriations sauvages. C'est à la manière d’une chorégraphie  ready-made qu'il s'est emparé de ces photographies, les agençant à la manière d'un flip-book géant, qui interroge les mécanismes de reproduction du geste.
Danse en kit, photocopie animée, performance effrénée, 50 ans de danse est un objet inclassable et tout-terrain : amorcé avec des étudiants en art, repris par des danseurs puis par des amateurs, il rencontre cette fois-ci d'anciens interprètes de Cunningham. « J'aime beaucoup l'idée qu'au milieu de ces milliers de gestes, certains sont les leurs – et qu'ils vont se réinterpréter eux-mêmes », explique Boris Charmatz. Pour ces retrouvailles, les danseurs redonnent vie aux poses figées, comblent les trous – et nous offrent une variation sur le motif à rebours de l'hommage convenu. Un vrai-faux Cunningham ludique et turbulent.