Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Tania Bruguera

Endgame

de Samuel Beckett

Théâtre

    DATES ET LIEUX

    Plasticienne, performeuse ou artiviste, comme elle se définit elle-même, Tania Bruguera s’est attachée à écrire sa propre histoire de Cuba, en des termes avant tout libres. C’est avec les mots de Beckett qu’elle entreprend cette fois de jouer, dans un Endgame (Fin de partie) dont le titre est à lui seul tout un programme.
    Dans un pays où la prise de parole ne va pas de soi, Tania Bruguera a longtemps choisi d’autres voies d’expression, au croisement des arts plastiques et de la performance, pour écrire sa propre histoire de Cuba. Donner la parole plutôt que la prendre, tel est son souci quand elle invite des anonymes à s’installer au micro sur l’emblématique place de la Révolution. Le gouvernement cubain ne laisse pas faire, mais Tania Bruguera n’en restera pas là : en 2015, elle fonde à La Havane l’Institut d’Artivisme Hannah Arendt, souligne le besoin d’une « campagne d’alphabétisation civique » pour regagner une liberté d’expression perdue. En choisissant de porter sur scène la pièce Endgame, elle renoue avec les mots. Des mots qui sont aussi ceux de la tyrannie : « Je te donnerai juste assez pour t’empêcher de mourir », lance Hamm à Clov. Il y a une dizaine d’années, les mots de Beckett lui avaient inspiré une série d’installations rassemblées sous le titre Study for Endgame. Cette fois, l’artiviste prend le texte à bras le corps et lui donne voix. Endgame s’ouvre sur des mots programmatiques : « Fini, c’est fini, ça va finir, ça va peut-être finir. » À présent, c’est à elle de jouer.

    Le spectacle se déroule sur un échafaudage. Le public entre dans l’installation et suit la performance debout. Pour votre confort nous vous conseillons de ne pas porter de haut-talons.

    Mise en scène et scénographie, Tania Bruguera
    Avec Brian Mendes, Jess Barbagallo et deux comédiens franciliens
    Architectes, Dotan Gertler Studio
    Voix, Jacob Roberts, Chloe Brooks
    Lumières, Rui Monteiro
    Son, Rui Lima, Sergio Martins
    Assistant mise en scène, Mitchell Polonsky            

    Production BoCA Biennial (Lisbonne/Porto) // Avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings // Coproduction São João National Theatre (Oporto) ; Colectivo 84 ; Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles) ; Kampnagel (Hambourg) ; Estudio Bruguera ; Nanterre-Amandiers, centre dramatique national ; Festival d’Automne à Paris // Coréalisation Nanterre-Amandiers, centre dramatique national ; Festival d’Automne à Paris // Avec le soutien de l'Onda // Spectacle créé le 20 avril 2017 à BoCA Biennial (Lisbonne/Porto)

    Masterclass avec Tania Bruguera
    A l’occasion de sa création de « Endgame », Tania Bruguera rencontrera le public.
    Vendredi 22 septembre à 19h, Entrée libre
    Née en 1968, Tania Bruguera explore depuis plus de 25 ans les relations entre art, activisme et engagement citoyen à travers des performances, installations et événements participatifs. Son travail analyse les effets sociaux des pouvoirs politiques et économiques, et tente de venir les perturber. Sensible aux manières dont les groupes et les individus les plus vulnérables sont affectés, fragilisés et discriminés par des politiques de répression et de contrôle, elle cherche à créer, par son art, une forme d’efficacité politique. Elle a développé des projets à long terme comme la création d’un centre et d’un parti politique pour les migrants («Migrant People Party»), ainsi qu’une école d’art alternative («Cátedra Arte de Conducta»). Suite à l’organisation de sa performance participative, #YoTambienExigo, sur la Plaza de la Revolución à La Havane, elle est placée en détention par les autorités cubaines, de décembre 2014 à août 2015. Se définissant plutôt comme une initiatrice que comme une auteure, elle cherche à transformer les spectateurs en participants et en citoyens. Elle a inauguré récemment l’Institut international d’artivisme Hannah Arendt à La Havane – une école, un espace d’exposition et un think thank pour des artistes activistes.