Julie Deliquet Un conte de Noël

[Théâtre]

Pour sa nouvelle création avec le collectif In Vitro, Julie Deliquet s’empare du scénario du film Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin : une histoire de famille, ses non-dits douloureux et ses terribles jalousies. La metteure en scène mêle à ce drame tragi-comique l’élan shakespearien du Roi Lear et du Songe d’une nuit d’été.

C’est Noël et le temps des retrouvailles. Junon et Abel, un vieux couple uni et amoureux, réunissent leurs enfants pour les fêtes, même Henri, banni auparavant par sa sœur, l’implacable et mélancolique Élisabeth. Le souvenir d’un frère aîné mort enfant plane dans la maison familiale de Roubaix. De ce deuil est née la haine, mais les liens du sang ne peuvent disparaître. Et peu à peu, les enfants devenus grands s’emparent du rôle de ceux qui leur ont un jour donné la vie.
Le collectif In Vitro met en scène une histoire de famille où la parole et les aveux font du plateau un lieu cathartique au croisement du théâtre et de la psychanalyse. Au scénario doux-amer d’Arnaud Desplechin, où la vérité blesse autant qu’elle amuse, de joutes oratoires en règlements de compte cinglants, la pièce mêle monstres et mythes, les souvenirs du Roi Lear et du Songe d’une nuit d’été. Shakespeare se mêle aux dialogues d’Arnaud Desplechin : le scénario résonne de ces fables théâtrales archaïques, fondatrices. Dans un dispositif bifrontal, la scène devient un espace polyphonique dans lequel les récits se multiplient, se tissent et se répondent. Au cœur de ce huis clos familial, la vie est en jeu autant que l’amour, celui que l’on reçoit de sa famille et celui que l’on invente quand on grandit.