Tino Sehgal (sans titre) (2000)
A l'occasion de Echelle Humaine

[Danse]

Les corps sont les vecteurs de cette nouvelle édition d’Échelle Humaine. Chorégraphiés, mis en scène, transformés, fantasmés, ils occupent tous les espaces de Lafayette Anticipations et nous invitent à observer ce dont le monde frémit : nos engouements et nos refus, nos tremblements et nos affirmations, nos ténacités. Parmi les nombreuses propositions qui rythment l'événement : (sans titre) (2000) de Tino Sehgal interprété par Boris Charmatz à l'occasion du Portrait que lui consacre le Festival.

Tino Sehgal est un artiste prolifique. Son travail a acquis une forte notoriété en étant présenté dans des musées du monde entier, avec des expositions majeures à la Biennale de Venise 2005, à la Documenta 13 en Allemagne, et aussi des spectacles en solo au Musée Guggenheim de New York, à l’Institute of Contemporary Arts de Londres et au Turbine Hall de la Tate Modern. (sans titre) (2000), conçu il y a quinze ans avant son passage de la danse aux arts visuels, a pour projet d’exposer théâtralement la "danse scénique" du XXe siècle, transposant les pratiques chorégraphiques et les visions du corps qui y sont associées dans un ordre esthétique proche de celui du musée.
Lorsque l’artiste l’interpréta (nu, sans décor, ni musique) au Moderna Museet de Stockholm, le commissaire Jens Hoffmann dit à l’artiste, « ... c’est comme un musée de la danse. » Depuis, bien des danseurs ont essayé d’incorporer à leur manière des danses du XXe siècle... Mais ce solo est aussi historique en ce sens qu’il a permis à l’artiste de se positionner dans la modernité et le champ muséal.
––––––
Echelle humaine invite du 21 au 27 septembre : Sorour Darabi, Simon Senn, Mette Ingvartsen, Balkis Moutashar, Benjamin Kahn, Balkis Moutashar.
Programme détaillé le 24 août 2020.