Rachid Ouramdane Surface de Réparation

[Danse] Sorti diplômé du Centre National de Danse Contemporaine d’Angers en 1992, Rachid Ouramdane a fondé avec Julie Nioche, en 1996, l’Association Fin novembre, afin de mener des projets, individuels ou collectifs. L’un des derniers en date, le solo Un garçon debout, a pour interprète Pascal Rambert.
Avec Surface de réparation, les deux hommes font de nouveau équipe, Rambert, à la tête du Théâtre de Gennevilliers depuis janvier 2007, ayant proposé à Ouramdane « de venir travailler avec nous ». Désireux de ne pas se confiner entre les murs du théâtre, le chorégraphe, également chargé d’animer des ateliers de danse contemporaine, est allé à la rencontre des habitants et n’a pas tardé à constater que le sport occupe une place considérable dans leur vi(ll)e. De ce constat a découlé l’envie de faire une pièce mettant en scène plusieurs adolescents sportifs.
« Le sport suscite des manifestations identificatoires au travers des valeurs qu’il véhicule. Dans la pratique du sport, dans sa médiatisation, dans son soutien par les communautés des supporters, il se dessine des identités locales et nationales qui agissent sur la cohésion sociale de nos sociétés modernes. Ce sont sur ces notions qu’il me semble important de réfléchir avec les personnes directement concernées.»
Loin de se borner à (tenter de) transformer des sportifs en danseurs, Surface de réparation épouse des contours scéniques sophistiqués, dans la fabrication desquels les outils numériques jouent, comme dans la plupart des précédents spectacles de Rachid Ouramdane, un rôle important – l’un des objectifs étant d’inventer une autre façon, à la fois ludique et critique, de regarder le sport et de le donner à voir.