Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Vous êtes sur la page d'un spectacle de l'édition 2016, retrouvez tous les spectacles de cette édition dans nos archives

Daria Deflorian
Antonio Tagliarini

Il cielo non è un fondale

Théâtre

    DATES ET LIEUX
    • Odéon-Théâtre de l’Europe - Ateliers Berthier
      9 au 18 décembre

    (Le ciel n’est pas une toile de fond)
    En Grèce, en pleine crise économique, quatre femmes âgées ont mis fin à leurs jours. Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni part de cette première image du roman Le Justicier d’Athènes de Pétros Márkaris. Ni récit, ni documentaire, la pièce avance par inductions, hypothèses, reconstitutions, telle une enquête, au-dedans et au-dehors de ces quatre figures féminines dont on ne connaît rien, sinon le geste ultime. Des questions jalonnent l’investigation, qui sont tout à la fois celles de ces femmes et celles des quatre comédiens, qui se présentent au public avec une double déclaration : une profonde impuissance devant la débâcle, et un refus d’obtempérer. En écho au non extrême des nombreux citoyens grecs qui, par le suicide, ont quitté un monde où les êtres ne sont plus considérés qu’à l’aune de la rentabilité, leur non artistique passe par toutes les couleurs du jeu performatif. Du rouge éclatant de l’humour décalé aux teintes cendrées les plus définitives, c’est un éventail de non à l’utilité. De l’art comme de la vie.
    Si le geste de Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni atteint une telle puissance politique, c’est parce qu’il révèle, par sa découpe, la toile sur laquelle il s’inscrit. Il cielo non è un fondale le radicalise en portant une attention aiguë au phénomène irréversible de la métropolisation des paysages et des modes de vie. Lorsque nous sommes à l’abri, bien au chaud, comment pensons-nous à l’homme qui est là, dehors, sous la pluie ? Dans la lignée d’un Camus qui observait que nous avions troqué notre vie intérieure pour une vie à l’intérieur, le quatuor de performers fouille, habite, explore notre condition urbaine et déniche une question complexe, écologique, éthique, collective. Sans aucun artifice, ils ouvrent un dialogue entre la fiction et le réel, la figure et le fond, l’intérieur et l’extérieur. 

    l cielo non è un fondale
    [Le ciel n’est pas une toile de fond]
    Un spectacle de Daria Deflorian et Antonio Tagliarini
    Texte sur Jack London, Attilio Scarpellini
    Avec Francesco Alberici, Daria Deflorian, Monica Demuru et Antonio Tagliarini
    Collaboration au projet, Francesco Alberici et Monica Demuru
    Décors, Cristian Chironi
    Assistant mise en scène, Davide Grillo
    Lumière, Gianni Staropoli
    Costumes, Metella Raboni
    Construction du décor, Atelier du Théâtre de Vidy
    Direction technique, Giulia Pastore
    Accompagnement et diffusion à l'international, Francesca Corona
    Organisation, Anna Damiani

    Production A.D. ; Sardegna Teatro ; Teatro Metastasio – Stabile della Toscana ; ERT – Emilia Romagna Teatro // Coproduction Romaeuropa ; Théâtre de Vidy (Lausanne) ; Sao Luiz - Teatro Municipal de Lisboa ; Festival Terres de Paroles (Rouen) ;  Théâtre Garonne, scène européenne – Toulouse ; Odéon-Théâtre de l’Europe (Paris) ; Festival d’Automne à Paris // Coréalisation Odéon-Théâtre de l’Europe (Paris) ; Festival d’Automne à Paris // Avec le soutien de Teatro di Roma // En collaboration avec Laboratori Permanenti/San Sepolcro, Carrozzerie NOT/Roma, Fivizzano 27/Roma
    Spectacle créé le 16 novembre 2016 au Théâtre de Vidy (Lausanne)