Lina Majdalanie, Rabih Mroué

Quatre murs et un toit

Théâtre Portrait
CENTQUATRE-PARIS
4 – 8 décembredéc.

Première mondiale

1h

Tarifs 8 € à 18 € 
Abonnés 8 € à 14 €

CENTQUATRE-PARIS

Mercredi 4 décembre

20h30

Jeudi 5 décembre

20h30

Vendredi 6 décembre

20h30

Samedi 7 décembre

17h00

Samedi 7 décembre

20h30

Dimanche 8 décembre

15h00

Dimanche 8 décembre

18h00

Mise en scène et performance Lina Majdalanie, Rabih Mroué. Dramaturgie Sandra Noeth. Distribution (en cours).

Coproduction Künstler*innenhaus Mousonturm 
Soutenu dans le cadre de l'Alliance des Maisons de Production Internationales par la Commission du Gouvernement Fédéral pour la Culture et les Médias

Le Festival d’Automne à Paris et le CENTQUATRE-PARIS sont coproducteurs de ce spectacle et le présentent en coréalisation.

En 1947, a lieu aux États-Unis le procès du dramaturge allemand Bertolt Brecht devant le Comité des activités anti-américaines (HUAC) chargé de lutter contre l’activisme communiste. Dans ces circonstances, Brecht avait rédigé une déclaration qu’il lui fut interdit de lire. Les minutes du procès, ainsi que cette déclaration, constituent l’un des axes de ce spectacle foisonnant.

L’exil, les procès en subversion, le havre d’humanisme d’un ailleurs introuvable sont autant de thèmes qui irriguent cette nouvelle création du duo Majdalanie-Mroué. C’est à travers leur propre itinéraire d’émigration volontaire de Beyrouth à Berlin, et en échos aux interrogations politiques et sociales les plus actuelles, face à la confusion idéologique, à la violente confrontation des opinions, dans un occident tourmenté, un temps idéalisé, que les deux artistes se penchent sur les mésaventures de l’idéa-liste Brecht en butte au maccarthysme. Fidèle à l’approche ludique de la représentation théâtrale que le duo a toujours pratiquée, cette évocation historique ne se privera d’aucune fantaisie, ni digression, mais toujours privilégiant le questionnement et se gardant bien de toute opinion assénée.

Entretien avec Lina Majdalanie et Rabih Mroué

À voir aussi

Lafayette Anticipations – Fondation Galeries Lafayette
20 septembresept.

Rabih Mroué
Make Me Stop Smoking

ConférenceThéâtre Portrait
Réserver

L’idée des « conférences non académiques » de Rabih Mroué est de détourner le principe de la conférence, en en imitant le dispositif, dans une perspective de performance. Il ne s’agit pas de traiter avec dérision son principe, mais plutôt d’exploiter le pouvoir de l’exercice en tant qu’adresse publique, en y opérant un glissement qui préserve à dessein son ambiguïté, passant de la présentation à la représentation, du réel à l’imaginaire. L’illusion est troublante, le ton est neutre, l’expertise semble avérée, les documents à l’appui du discours suggèrent l’authenticité : c’est le but du jeu, tour à tour malicieux, émouvant et intellectuellement stimulant. 

Lafayette Anticipations – Fondation Galeries Lafayette
21 septembresept.

Rabih Mroué
The Inhabitants of Images

ConférenceThéâtre Portrait
Réserver

L’idée des « conférences non académiques » de Rabih Mroué est de détourner le principe de la conférence, en en imitant le dispositif, dans une perspective de performance. Il ne s’agit pas de traiter avec dérision son principe, mais plutôt d’exploiter le pouvoir de l’exercice en tant qu’adresse publique, en y opérant un glissement qui préserve à dessein son ambiguïté, passant de la présentation à la représentation, du réel à l’imaginaire. L’illusion est troublante, le ton est neutre, l’expertise semble avérée, les documents à l’appui du discours suggèrent l’authenticité : c’est le but du jeu, tour à tour malicieux, émouvant et intel-lectuellement stimulant. 

Lafayette Anticipations – Fondation Galeries Lafayette
22 septembresept.

Rabih Mroué
Sand in the Eyes

ConférenceThéâtre Portrait
Réserver

L’idée des « conférences non académiques » de Rabih Mroué est de détourner le principe de la conférence, en en imitant le dispositif, dans une perspective de performance. Il ne s’agit pas de traiter avec dérision son principe, mais plutôt d’exploiter le pouvoir de l’exercice en tant qu’adresse publique, en y opérant un glissement qui préserve à dessein son ambiguïté, passant de la présentation à la représentation, du réel à l’imaginaire. L’illusion est troublante, le ton est neutre, l’expertise semble avérée, les documents à l’appui du discours suggèrent l’authenticité : c’est le but du jeu, tour à tour malicieux, émouvant et intellectuellement stimulant. 

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
23 – 28 septembresept.

Rabih Mroué
Who’s Afraid of Representation?

Théâtre Portrait
Réserver

Nous sommes en compagnie de figures du Body Art européen (Joseph Beuys, Orlan, Marina Abramović…) via leurs témoignages relatifs aux exhibitions et scarifications publiques pratiquées autour des années 1970. Parallèlement, intervient le récit d’un employé de bureau libanais relatant la tuerie véridique qu’il a perpétrée sur son lieu de travail, arguant de motivations fluctuantes.

Théâtre Silvia Monfort
16 – 18 octobreoct.

Lina Majdalanie, Rabih Mroué, Mazen Kerbaj
Borborygmus

Théâtre Portrait
Réserver

Un trio s’adonne à des proférations viscérales, un chœur extravagant, soutenu par une partition complexe de sons et lumières. Chaque séquence surgit, rebondissant sur une liaison impromptue, développant une nouvelle thématique, constats désemparés, souvenirs, hommages, visions apocalyptiques, observations intimes, expériences inavouables.

Théâtre de la Cité internationale
22 – 25 octobreoct.

Lina Majdalanie, Rabih Mroué
Photo-Romance

Théâtre Portrait
Réserver

Comment présenter l’adaptation d’un célèbre film de cinéma à la censure libanaise ? L’on devinera qu’il s’agit d’un film qui raconte la rencontre improbable de deux êtres très dissemblables subissant une aliénation sociale dans l’Italie fasciste de 1938. L’adaptation se situe à Beyrouth en 2007, peu après une attaque israélienne sur le Liban.

La Commune, centre dramatique national d’Aubervilliers
13 – 16 novembrenov.

Lina Majdalanie, Rabih Mroué
Biokhraphia

Théâtre Portrait
Réserver

Présentés au sein d’une même soirée, Biokhraphia et Riding on a cloud interrogent l’autoportrait. Dans Riding on a cloud, un homme appelé Yasser se confie à un dictaphone, projette des vidéos et diffuse des enregistrements, tout en émet-tant des réserves sur la conformité de ces documents avec sa véritable personne. Dans Biokhraphia, c’est Lina Majdalanie qui se prête à une très insolite interview.

La Commune, centre dramatique national d’Aubervilliers
13 – 16 novembrenov.

Lina Majdalanie, Rabih Mroué
Riding on a cloud

Théâtre
Réserver

Présentés au sein d’une même soirée, Biokhraphia et Riding on a cloud interrogent l’autoportrait. Dans Riding on a cloud, un homme appelé Yasser se confie à un dictaphone, projette des vidéos et diffuse des enregistrements, tout en émet-tant des réserves sur la conformité de ces documents avec sa véritable personne. Dans Biokhraphia, c’est Lina Majdalanie qui se prête à une très insolite interview.

Fondation Cartier pour l'art contemporain
18 novembrenov.

Rabih Mroué
Before Falling Seek the Assistance of Your Cane

ConférencePerformance Portrait
Réserver

Le duo Lina Majdalanie et Rabih Mroué présente deux « conférences non académiques » et un concert-performance cosigné avec Rima Khcheich. Ce concept, déjà fréquemment expérimenté par Rabih Mroué, consiste en des exposés adoptant le dispositif d’une conférence tout en s’autorisant la liberté d’une performance, jouant à dessein sur l’ambiguïté inhérente à ce détournement. S’y adjoint pour la première fois une proposition de poèmes mis en musique.

Théâtre du Rond-Point
22 – 24 novembrenov.

Lina Majdalanie, Rabih Mroué
33 tours et quelques secondes

Théâtre Portrait
Réserver

Qui est Diyaa Yamout, militant des droits de l’homme, artiste et blogueur libanais dont le suicide agite le pays ? On ne le saura pas vraiment et cela n’a pas d’importance. Ce qui fascine ici ce sont les réactions foisonnantes et hétéroclites qui défilent sur Facebook, à la télévision, par sms ou sur répondeur. 

Fondation Cartier pour l'art contemporain
25 novembrenov.

Rabih Mroué, Rima Khcheich
N'importe où

ConférencePerformance Portrait
Réserver

Le duo Lina Majdalanie et Rabih Mroué présente deux « conférences non académiques » et un concert-performance cosigné avec Rima Khcheich. Ce concept, déjà fréquemment expérimenté par Rabih Mroué, consiste en des exposés adoptant le dispositif d’une conférence tout en s’autorisant la liberté d’une performance, jouant à dessein sur l’ambiguïté inhérente à ce détournement. S’y adjoint pour la première fois une proposition de poèmes mis en musique.

Fondation Cartier pour l'art contemporain
2 décembredéc.

Lina Majdalanie
Appendice

ConférencePerformance Portrait
Réserver

Le duo Lina Majdalanie et Rabih Mroué présente deux « conférences non académiques » et un concert-performance cosigné avec Rima Khcheich. Ce concept, déjà fréquemment expérimenté par Rabih Mroué, consiste en des exposés adoptant le dispositif d’une conférence tout en s’autorisant la liberté d’une performance, jouant à dessein sur l’ambiguïté inhérente à ce détournement. S’y adjoint pour la première fois une proposition de poèmes mis en musique.

Fondation Fiminco
16 – 20 décembredéc.

Rabih Mroué, Anne Teresa De Keersmaeker
A little bit of the moon

DansePerformance Portrait
Réserver

À l’invitation exceptionnelle du Festival d’Automne, la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker et le metteur en scène Rabih Mroué ont partagé pendant 10 mois leurs pensées, inquiétudes, doutes, et questions sur la politique, l’art et la vie. À l’issue de ces nombreuses rencontres virtuelles, les deux artistes se rencontreront sur le plateau de l’ancien complexe industriel de la Fondation Fiminco pour redessiner, le temps d’une performance, un nouveau monde en commun.

Dans le même lieu

CENTQUATRE-PARIS
5 octobreoct. – 3 novembrenov.

LIMINAL, Forensic Oceanography, Border Forensics
From Sea to Sky

Arts visuels
Gratuit

Exposant différents travaux des collectifs LIMINAL, Forensic Oceanography et Border Forensics, l’installation multimédia From Sea to Sky approche les immobilités intersectionnelles et violences frontalières en mer. L’objectif est de mettre en lumière la manière dont l’espace maritime méditerranéen a été transformé en une zone frontière militarisée. 

CENTQUATRE-PARIS
5 – 10 octobreoct.

Lawrence Abu Hamdan
Zifzafa

Performance
Réserver

Zifzafa est un mot arabe évoquant un vent qui secoue et ébranle tout sur son passage. Ici, il devient le titre d’une performance de l’artiste et chercheur Lawrence Abu Hamdan, qui mêle composition sonore, moteurs de jeux vidéo et spoken word. Il nous plonge au cœur d’un mouvement de résistance au colonialisme vert sur les hauteurs du Golan, territoire syrien occupé.

CENTQUATRE-PARIS
5 – 8 novembrenov.
Maison de la musique de Nanterre – Scène conventionnée d’intérêt national
9 novembrenov.
Théâtre Louis Aragon, Scène conventionnée d’intérêt national Art et création – danse – Tremblay-en-France
30 novembrenov.

Alessandro Sciarroni
U. (un canto)

Performance
Réserver

Un an après la création d’IRIS à la piscine de la Butte-aux-Cailles, commande du Festival d’Automne dans laquelle il explorait le répertoire polyphonique italien, Alessandro Sciarroni présente U. (un canto), une performance musicale qui évoque la relation profondément mystérieuse entre l’être humain et la nature.