Dorothée Munyaneza Unwanted

[Danse]

Comment exprimer les répercussions concrètes du viol élevé au rang d’arme de guerre ? La chorégraphe Dorothée Munyaneza est allée à la rencontre de femmes maltraitées pendant le génocide des Tutsis au Rwanda et se confronte dans Unwanted à une douleur que nombre de conflits continuent à perpétuer.
Entre avril et juillet 1994, alors que les massacres font rage, entre 100 000 et 250 000 Rwandaises sont violées. Cette blessure intime, elles la portent encore : souvent rejetées par leur communauté, certaines ont également eu des enfants – aujourd’hui adultes – de leurs agresseurs. Dorothée Munyaneza, qui a quitté à l’adolescence le Rwanda pour le Royaume-Uni, est retournée dans son pays natal pour y rencontrer à la fois des mères et des enfants. Inspirée par leur vécu et par la permanence de cette violence, l’auteure-interprète et chorégraphe s’est lancée en quête d’un geste artistique capable d’y répondre, ayant pour objet le corps féminin sans distinction de race ou de classe. Interprète de Rachid Ouramdane ou Robyn Orlin, Dorothée Munyaneza, aujourd’hui installée à Marseille, s’était déjà intéressée au génocide des Tutsis dans Samedi Détente. Pour Unwanted, son deuxième spectacle, elle s’associe à l’artiste plasticien d’origine sud-africaine Bruce Clarke ainsi qu’au compositeur Alain Mahé et à la musicienne afro-américaine Holland Andrews. Ces derniers la rejoignent sur scène pour dire sous forme de textes et de chants, mêlés à la danse, les fêlures et la dignité de femmes souvent oubliées.

Spectacle déconseillé au moins de 16 ans 
Rencontre avec l'équipe artistique le 24 novembre au Théâtre du Fil de l'eau / Ville de Pantin à l'issue de la représentation.