Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Chargement du calendrier
L'ÉDITION 2017
ABONNEMENT & RÉSERVATION
  • En ligne Billetterie
  • Par téléphone 01 53 45 17 17
  • Par correspondance

    Festival d’Automne à Paris
    156 rue de Rivoli
    75001 Paris

Richard Wagner
Wolfgang Rihm
Gustav Mahler

 

Musique

    DATES ET LIEUX
    • Philharmonie de Paris - Grande salle Pierre Boulez
      10 octobre

    Compositeur nourri de littérature – il a mis en musique ou porté à la scène, avec la plus grande expressivité, Büchner, Goethe, Hölderlin, Lenz, Nietzsche, Artaud et Müller –, Wolfgang Rihm rencontre, dans Reminiszenz, une autre figure radicale : Hans Henny Jahnn.    
    Romancier, dramaturge, facteur d’orgue, éditeur de musiques baroques, architecte, endocrinologue, éleveur de chevaux, opposant au nazisme et militant contre le nucléaire, Hans Henny Jahnn, né et mort à Hambourg (1894-1959), est l’un des écrivains les plus importants de la littérature allemande dont l’essentiel de l’œuvre, baroque, est désormais traduit en français.
    Après Bernd Alois Zimmermann, Wolfgang Rihm s’empare de ce chantre de l’ambivalence, de la chair putréfiée et de la tension entre classicisme, invention de la langue et angoisse oppressante. Composé pour l’ouverture de la Philharmonie de Hambourg, son triptyque pour ténor et grand orchestre y a été créé, le 11 janvier dernier. Les mouvements « Dédicace »,
    « Réminiscence » et « Neige » empruntent à Jahnn lui-même, au poète Peter Huchel (les recueils Chaussées, chaussées et Jours comptés, dans les sections extrêmes), et dans un ultime adage ou envoi, au critique Walter Muschg, avec qui Jahnn publia de substantiels entretiens.
    Autour de cette œuvre, le Prélude de Parsifal, par lequel Wagner, entre consonance et chromatisme, ouvre son « festival scénique sacré », et la Symphonie nº 1 de Mahler où, selon Luigi Nono, « on se trouve subitement dans la grande respiration d’une vallée infinie ».

    Public aveugle et malvoyant : Concert naturellement accessible

    Richard Wagner
    Parsifal, Prélude
    Wolfgang Rihm
    Reminiszenz – Triptychon und Spruch in memoriam Hans Henny Jahnn, pour ténor et grand orchestre (création en France)
    Gustav Mahler
    Symphonie nº1 « Titan »

    Pavol Breslik, ténor
    NDR Elbphilharmonie Orchester
    Thomas Hengelbrock
    , direction

    Coréalisation Philharmonie de Paris ; Festival d’Automne à Paris // Avec le concours du Goethe-Institut // En collaboration avec le NDR Elbphilharmonie Orchester