Marco Berrettini

No paraderan

Archive 2004
Danse

No Paraderan
Direction artistique, Marco Berrettini
Interprètes, Marco Berrettini, Jean-Paul Bourel, Valérie Brau-Antony, Carine Charaire, Bruno Faucher, Chiara Gallerani, Gianfranco Poddighe, Anja Rottgerkamp
Lumière, Bruno Faucher
Scénographie, Jan Kopp et Bruno Faucher
Coproduction *Melk Prod, Théâtre de la Ville/Paris, Festival d’Automne à Paris, L’Espace Malraux, scène nationale de Chambéry et de Savoie (Résidence de création), le Centre chorégraphique national de Créteil et du Val de Marne / Compagnie Montalvo-Hervieu
Avec le soutien de l’Adami, de  la  Fondation Beaumarchais  et de la MC2, Maison de la culture de Grenoble et l’aide du Parc de la Villette pour le prêt de studio
*Melk Prod  est soutenu par la DRAC Ile-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’aide aux compagnies
Tournée :
Le Parvis, scène nationale de Tarbes 16 décembre 2004

En 1917, le Théâtre du Châtelet accueille Parade, conçu par Jean Cocteau, Erik Satie et Pablo Picasso pour les Ballets Russes de Serge Diaghilev, sur une chorégraphie de Léonide Massine. Guillaume Apollinaire voit dans ce ballet surréaliste le « point de départ de l’esprit nouveau ». Aujourd’hui, Marco Berrettini reprend très librement une référence qu’il inverse : No Paraderan, « ils ne paraderont pas ».
Le thème reprend celui imaginé par Cocteau, traitant du désir et de la frustration, jouant avec le fantasme du spectaculaire : à l’extérieur d’une salle de spectacle, des artistes proposent des extraits de leurs numéros pour attirer le public. Les gens passent, observent, mais aucun n’entre pour assister à la représentation.
Si les Ballets Russes proposaient une parade aux événements sociaux des années 20, les danseurs de Berrettini se révoltent face à la menace qui pèse sur le monde du spectacle des années 2000 – actualité brûlante… « Face à la masse grandissante d’artistes multiplexes, confrontés aux critiques de la non-danse, menacés par la dérive populiste, nos sept super-artistes ont décidé de dire NON ! Voilà qu’au sommet de leur art, reconnus par les médias, un silence apparaît. Telle une hypnose qui les rend rebelles, nos stars du spectacle protestent. Surqualifiés, ils ont du mal à nous convaincre que les privilèges démobilisent ».

Dans le même lieu

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
13 – 22 septembresept.

Anne Teresa De Keersmaeker, Radouan Mriziga / Rosas, A7LA5
Il Cimento dell’Armonia e dell’Inventione

Danse
Réserver

Faire entendre Les Quatre saisons de Vivaldi, utiliser les outils de la danse pour affiner l’écoute de ce chef-d’œuvre baroque : c’est le pari relevé par Anne Teresa De Keersmaeker, en collaboration avec le chorégraphe et danseur Radouan Mriziga. Une alliance placée sous le signe de l’abstraction, qui renoue avec l’imaginaire écologique du célèbre concerto.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
23 – 28 septembresept.

Rabih Mroué
Who’s Afraid of Representation?

Théâtre Portrait
Réserver

Nous sommes en compagnie de figures du Body Art européen (Joseph Beuys, Orlan, Marina Abramović…) via leurs témoignages relatifs aux exhibitions et scarifications publiques pratiquées autour des années 1970. Parallèlement, intervient le récit d’un employé de bureau libanais relatant la tuerie véridique qu’il a perpétrée sur son lieu de travail, arguant de motivations fluctuantes.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
3 – 5 octobreoct.
Maison des Arts de Créteil
6 – 7 novembrenov.

Lola Arias
Los días afuera

Théâtre
Réserver

Entre spectacle musical et documentaire, Lola Arias signe une composition chorale dans laquelle six ancien·ne·s détenu·e·s évoquent leur vie pendant et après leur détention : six destins croisés qui interrogent les formes de violence dans la société contemporaine tout en explorant les marges de la fiction et du réel.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
5 – 16 novembrenov.

Robert Wilson
PESSOA – Since I've been me

Théâtre
Réserver

Fernando Pessoa est le héros de cette nouvelle création de Robert Wilson. Un héros paradoxal puisque le poète portugais a passé sa vie à se démultiplier inventant des hétéronymes, auteurs fictifs auxquels il attribuait des œuvres écrites de sa main, imaginant même des relations, amicales ou de maître à disciple, entre ses différents avatars.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
19 – 23 novembrenov.

Jan Martens
VOICE NOISE

Danse
Réserver

Pièce de rupture aux yeux de Jan Martens, VOICE NOISE réunit six danseurs et danseuses pour façonner un paysage sonore composé de quelques-unes des grandes interprètes et compositrices de notre temps. Se demandant comment certaines ont été réduites au silence, le chorégraphe questionne à sa façon, pop et précise, une histoire contemporaine.