Merce Cunningham

Nearly 90

Merce Cunningham

Archive 2009
Danse
1/3

Nearly 902
Création
Chorégraphie, Merce Cunningham
Musique composée par John Paul Jones, Takehisa Kosugi
Décors, Benedetta Tagliabue
Costumes, Romeo Gigli pour io ipse idem
Lumière, Brian MacDevitt
Vidéo, Franc Aleu
Danseurs, Brandon Collwes, Dylan Crossman, Julie Cunningham, Emma Desjardins, Jennifer Goggans, Daniel Madoff, Rashaun Mitchell, Marcie Munnerlyn, Silas Riener, Jamie Scott, Melissa Toogood, Andrea Weber

Coproduction Brooklyn Academy of Music Barbicanbite10/London ; Comunidad de Madrid-Teatros Canal ; Festival Internacional Madrid en Danza 
Théâtre de la Ville-Paris ; Festival d’Automne à Paris
En partenariat avec France Inter

Pour rester alerte et lucide, mieux vaut maintenir ses neurones actifs… L’exceptionnelle longévité de Merce Cunningham tient peut-être à son enjouement face au champ neuronal de la danse, dans le prisme d’une incessante combinatoire. Le chorégraphe disait récemment de la danse qu’elle est « une explosion de mouvements qui suscitent quelque chose de très organique, ressemblant au fourmillement intense de particules observées au microscope ou au parcours muet des constellations ». Pour ses quatre-vingt dix  ans, Cunningham s’offre avec Nearly Ninety une œuvre grand format, qui déploie treize danseurs dans un pétillant puzzle de solos, duos et trios. Cerise sur le gâteau (d’anniversaire), cette aventure est aussi musicale avec la réunion, aux côtés du fidèle Takehisa Kosugi, du multi-instrumentiste John Paul Jones (qui fit les beaux jours de Led Zeppelin dans les années 1960), et du rock « alternatif » autant que téméraire des quatre mousquetaires de Sonic Youth. Installés en surplomb de la scène, dans un étrange satellite de métal conçu par l’architecte italienne Benedetta Tagliabue, ils sont les forgerons d’un chaos avec lequel Merce Cunningham aime jouer, dans un équilibre toujours précaire entre rigueur mathématique et impulsions du mouvement. C’est là tout l’art d’un chorégraphe qui a su faire de la danse la grammaire d’une poésie multidimensionnelle

** Attention ! la musique composée par John Paul Jones, Takehisa Kosugi sera interprétée sur scène par John King et Takehisa Kosugi

"Comme un écho à cet impérieux besoin de Cunningham d’être dans l’exploration et l’innovation, la pièce d’origine a déjà fait peau neuve depuis le printemps dernier. Le 25 septembre au Krannert Center for the Performing Arts à Urbana, dans l’Illinois, a eu lieu la première représentation de la nouvelle version, Nearly 902, sans la sculpture de Benedetta Tagliabue, gigantesque tour métallique de 8 tonnes ni les projections vidéos qu’elle supportait dans sa charpente. Cette version est celle de la tournée mondiale qui suit la disparition de Merce Cunningham. Deux musiciens sont sur scène et composent en live : le sound designers media-mix Takehisa Kosugi, et John King. La chorégraphique, elle, est identique à la version new yorkaise.
Elle reste le terrain fertile d’une danse qui offre un formidable support à l’imaginaire."
Anne Davier

Dans le même lieu

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
13 – 22 septembresept.

Anne Teresa De Keersmaeker, Radouan Mriziga / Rosas, A7LA5
Il Cimento dell’Armonia e dell’Inventione

Danse
Réserver

Faire entendre Les Quatre saisons de Vivaldi, utiliser les outils de la danse pour affiner l’écoute de ce chef-d’œuvre baroque : c’est le pari relevé par Anne Teresa De Keersmaeker, en collaboration avec le chorégraphe et danseur Radouan Mriziga. Une alliance placée sous le signe de l’abstraction, qui renoue avec l’imaginaire écologique du célèbre concerto.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
23 – 28 septembresept.

Rabih Mroué
Who’s Afraid of Representation?

Théâtre Portrait
Réserver

Nous sommes en compagnie de figures du Body Art européen (Joseph Beuys, Orlan, Marina Abramović…) via leurs témoignages relatifs aux exhibitions et scarifications publiques pratiquées autour des années 1970. Parallèlement, intervient le récit d’un employé de bureau libanais relatant la tuerie véridique qu’il a perpétrée sur son lieu de travail, arguant de motivations fluctuantes.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
3 – 5 octobreoct.
Maison des Arts de Créteil
6 – 7 novembrenov.

Lola Arias
Los días afuera

Théâtre
Réserver

Entre spectacle musical et documentaire, Lola Arias signe une composition chorale dans laquelle six ancien·ne·s détenu·e·s évoquent leur vie pendant et après leur détention : six destins croisés qui interrogent les formes de violence dans la société contemporaine tout en explorant les marges de la fiction et du réel.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
5 – 16 novembrenov.

Robert Wilson
PESSOA – Since I've been me

Théâtre
Réserver

Fernando Pessoa est le héros de cette nouvelle création de Robert Wilson. Un héros paradoxal puisque le poète portugais a passé sa vie à se démultiplier inventant des hétéronymes, auteurs fictifs auxquels il attribuait des œuvres écrites de sa main, imaginant même des relations, amicales ou de maître à disciple, entre ses différents avatars.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
19 – 23 novembrenov.

Jan Martens
VOICE NOISE

Danse
Réserver

Pièce de rupture aux yeux de Jan Martens, VOICE NOISE réunit six danseurs et danseuses pour façonner un paysage sonore composé de quelques-unes des grandes interprètes et compositrices de notre temps. Se demandant comment certaines ont été réduites au silence, le chorégraphe questionne à sa façon, pop et précise, une histoire contemporaine.