Boris Charmatz

Levée des conflits

Archive 2010
Danse
1/2

Levée des conflits
Installation chorégraphique pour 26 danseurs
Conception et Chorégraphie, Boris Charmatz
Assisté de Anne-Karine Lescop
Lumière, Yves Godin
Son, Olivier Renouf
Interprétation, Eleanor Bauer, Nuno Bizarro, Mathieu Burner, Magali Caillet-Gajan, Boris Charmatz,  Sonia Darbois, Olga Dukhovnaya, Olivia Grandville, Gaspard Guilbert, Taoufiq Izzediou, Lenio Kaklea, Jurij Konjar, Elise Ladoué, Catherine Legrand, Maud Le Pladec, Naiara Mendioroz, Thierry Micouin, Andreas Albert Müller, Mani Asumani Mungai, Élise Olandeguy, Felix Ott, Annabelle Pulcini, Fabrice Ramalingom, Nabil Yahia-Aïssa
Production Musée de la danse / CCNRBMusée de la danse / Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne - Direction : Boris Charmatz.
Association subventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles / Bretagne), la Ville de Rennes, le Conseil régional de Bretagne et le Conseil général d’Ille-et-Vilaine.
Coproduction, Théâtre National de Bretagne à Rennes, Théâtre de la Ville-Paris / Festival d’Automne à Paris, Manifesta 8 (Murcia, Cartagena -Espagne-) Avec le soutien de Teatro Maria Matos (Lisbonne) et de Chassé Theater/Breda
Ce projet reçoit le soutien de Culturesfrance/Ville de Rennes et de l’Erste Foundation dans le cadre de la Manifesta 8
Avec le soutien de l’Adami

Directeur du Musée de la danse, laboratoire dont il se sert pour soumettre la trame chorégraphique à de multiples expériences, Boris Charmatz ne cesse de sonder les contours de sa pratique, d’exposer et d’élargir ses frontières, de jouer avec son histoire. Après 50 ans de danse – œuvre hybride, entre abécédaire des formes de Merce Cunningham et kaléidoscope de gestes récupérés – il propose un nouvel objet-limite, un hologramme méditatif pour vingt-six danseurs.
Pour ce chorégraphe explorateur de la friction des corps, de l’improvisation sauvage et du choc des matériaux, Levée des conflits délimite une zone neutre : un moment d’apesanteur, de suspension provisoire de la mêlée. Levée – comme une levée du temps, de la tension du sens, des règles organisant la perception. En une ronde hypnotique, un tourbillon circulant de corps en corps, les vingt-six danseurs vont chercher à produire un mirage : une impression subliminale se dégageant d’un enchaînement continu d’états.
Exposée à la durée, sans cesse en train de se nouer et de se dénouer, cette structure à géométrie variable mobilise une attention flottante : ensemble à contempler d’un seul regard, et chorégraphie composée d’une multitude d’évènements qui s’emboitent, pivotent, coulissent – laissant voir chaque geste en train de se faire ; danse fluide, en apesanteur, qui simplement a lieu, et mécano complexe, en oscillation permanente. Avec Levée des conflits, Boris Charmatz invente un « trou de danse » – trou noir ou vortex – capable de capturer le mouvement dans une image fixe.

Dans le même lieu

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
13 – 22 septembresept.

Anne Teresa De Keersmaeker, Radouan Mriziga / Rosas, A7LA5
Il Cimento dell’Armonia e dell’Inventione

Danse
Réserver

Faire entendre Les Quatre saisons de Vivaldi, utiliser les outils de la danse pour affiner l’écoute de ce chef-d’œuvre baroque : c’est le pari relevé par Anne Teresa De Keersmaeker, en collaboration avec le chorégraphe et danseur Radouan Mriziga. Une alliance placée sous le signe de l’abstraction, qui renoue avec l’imaginaire écologique du célèbre concerto.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
23 – 28 septembresept.

Rabih Mroué
Who’s Afraid of Representation?

Théâtre Portrait
Réserver

Nous sommes en compagnie de figures du Body Art européen (Joseph Beuys, Orlan, Marina Abramović…) via leurs témoignages relatifs aux exhibitions et scarifications publiques pratiquées autour des années 1970. Parallèlement, intervient le récit d’un employé de bureau libanais relatant la tuerie véridique qu’il a perpétrée sur son lieu de travail, arguant de motivations fluctuantes.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
3 – 5 octobreoct.
Maison des Arts de Créteil
6 – 7 novembrenov.

Lola Arias
Los días afuera

Théâtre
Réserver

Entre spectacle musical et documentaire, Lola Arias signe une composition chorale dans laquelle six ancien·ne·s détenu·e·s évoquent leur vie pendant et après leur détention : six destins croisés qui interrogent les formes de violence dans la société contemporaine tout en explorant les marges de la fiction et du réel.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
5 – 16 novembrenov.

Robert Wilson
PESSOA – Since I've been me

Théâtre
Réserver

Fernando Pessoa est le héros de cette nouvelle création de Robert Wilson. Un héros paradoxal puisque le poète portugais a passé sa vie à se démultiplier inventant des hétéronymes, auteurs fictifs auxquels il attribuait des œuvres écrites de sa main, imaginant même des relations, amicales ou de maître à disciple, entre ses différents avatars.

Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt
19 – 23 novembrenov.

Jan Martens
VOICE NOISE

Danse
Réserver

Pièce de rupture aux yeux de Jan Martens, VOICE NOISE réunit six danseurs et danseuses pour façonner un paysage sonore composé de quelques-unes des grandes interprètes et compositrices de notre temps. Se demandant comment certaines ont été réduites au silence, le chorégraphe questionne à sa façon, pop et précise, une histoire contemporaine.