Elise Vigier / Marcial di Fonzo Bo La Tour de la Défense

[Théâtre] Marcial Di Fonzo Bo entretient avec l’œuvre de Copi un rapport singulier. Au-delà de leur commune origine argentine, le metteur en scène aime à rappeler qu’il est arrivé à Paris en 1987, quatre jours seulement avant la mort de l’auteur et qu’il n’aura jamais pu faire sa connaissance que par son œuvre.
Une œuvre avec laquelle le Festival d’Automne a lui aussi noué une relation forte, Le Frigo ayant été créé dans ce cadre en 1983, alors interprété – ce sera son dernier rôle – par Copi lui même.

La trilogie de spectacles présentés, les deux
« monologues » que sont Loretta Strong et Le Frigo et La Tour de la Défense, s’inscrivent dans un projet Copi dont le premier volet a été présenté au Festival d’Avignon et se poursuit à Paris cet automne où il peut être vu dans son intégralité.


La Tour de la Défense, repris à la MC93 Bobigny, se présente comme un « un vaudeville moderne et déjanté dans un espace design fonctionnel et propre. Une tour des solitudes ». L’histoire se passe le 31 décembre 1976. Un couple d’homosexuels blasés, une jeune mère meurtrière, un travelo mythomane et Ahmed, beau comme Dieu lui-même, sont tassés dans un appartement moderne, au 13e étage d’une tour de la Défense, en attendant la nouvelle année. Une version loufoque de l’apocalypse, avec dégustation de serpent farci au rat, crash d’hélicoptère et incendie généralisé.

Copi est publié chez Christian Bourgois.