Jeanne Balibar

Les Historiennes

RépertoireThéâtre
MC93 – Maison de la culture de Seine-Saint-Denis
13 octobreoct.

3h45 avec entracte

Tarifs 8 € à 25 €
Abonnés 8 € à 18 €

MC93 – Maison de la culture de Seine-Saint-Denis

Dimanche 13 octobre

15h00

Mise en scène et interprétation Jeanne Balibar. Assistante Andrea Mogilewsky. Costume Glen Mban. Texte Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Anne-Emmanuelle Demartini, Emmanuelle Loyer. Régie générale Martine Staerk. Production Elizabeth Gay.

Production Théâtre Vidy-Lausanne
Avec les équipes techniques, administratives, de production et de développement des publics et communication du Théâtre Vidy-Lausanne
Première version créée le 13 octobre 2018 – French Institute Alliance Française (FIAF), New York Florence Gould Hall Theatre, New York, dans le cadre de Crossing the Line Festival

Extraits audiovisuels cités
William Klein, Mr. Freedom, 1969 – Guy Belfond, Christian Thivat, Michel Zemer – Films du Rond-Point, O.P.E.RA.
Alain Resnais, L’année dernière à Marienbad (Bande Annonce), 1961 – Anatole Dauman, Pierre Courau, Raymond Froment – Cineriz, Cormoran Films, Silver Films, Argos Films, Cinétel, Terra Film 
Marguerite Duras, Baxter, Vera Baxter, 1977 – Stéphane Tchalgadjieff, Danièle Gégauff, Stella Quef – Sunchild Productions, Ina
François Truffaut, Baisers Volés, 1968 – François Truffaut, Marcel Berbert – Les Films du Carrosse, Les Productions Artistes Associés 
Jacques Demy, Peau d’âne, 1970 – Mag Bodard – Marianne Productions Conversation Varda/Seyrig, 1972 – Les archives de la RTS 
Chantal Akerman, Jeanne Dielman, 23 Quai du Commerce, 1080 Bruxelles, 1976 – Paul Vecchiali, Liliane de Kermadec, Alain Dahan, Guy Cavagnac, Corinne Jénart, Evelyne  Paul – Paradise Films, Unité Trois, Ministère de la Culture Française de Belgique

Remerciements Forte forte, None of My Business, ASICS, Catherine Miran & Radical Pr, Le comité de la Fondation Chantal Akerman, Studio Canal, RTS Radio Télévision Suisse

Trois femmes ressurgissent du passé grâce à trois historiennes contemporaines qui les ressuscitent en trois récits, dont s’empare l’actrice Jeanne Balibar pour en proposer une lecture jouée. Quatre femmes d’aujourd’hui posent un regard particulièrement éloquent et incisif sur trois destinées féminines emblématiques.

Le temps n’a donc pas encore effacé le souvenir de l’esclave portugaise Pascoa traînée en l’an 1700 devant le tribunal de l’Inquisition pour bigamie, de la meurtrière parricide Violette Nozière, victime d’inceste mais condamnée à mort en 1934 avant d’être graciée puis réhabilitée en 1963, de l’incomparable actrice Delphine Seyrig, égérie de Marguerite Duras, militante engagée dans le combat féministe des années 1970… Trois femmes inscrites profondément dans l’histoire de leur temps, trois destins uniques révélés sur le plateau du théâtre qui, à l’égal des études historiques, peut faire revivre les morts – ou les mortes – en nous les rendant proches. 
Jeanne Balibar, respectant le style particulier de chaque auteure, donne à entendre avec force ces essais historiques, les transformant en pure littérature, s’accaparant les mots pour en faire une matière à jouer, afin de raconter sur la scène ces trois différents parcours de vie qui nous parlent de combat et de liberté. Trois historiennes et une actrice offrent un moment de grande complicité, singulier et captivant, pour énoncer autrement, et très librement, quelque chose de la condition féminine.

Dans le même lieu

MC93 – Maison de la culture de Seine-Saint-Denis
18 – 22 septembresept.

Soa Ratsifandrihana
Fampitaha, fampita, fampitàna

Danse
Réserver

Engageant les corps dans une oralité contemporaine, Soa Ratsifandrihana, le guitariste Joël Rabesolo et les performeuses et performeurs Audrey Mérilus et Stanley Ollivier se nourrissent de leurs récits diasporiques et de leurs origines pour raconter une histoire qu’ils auraient aimé entendre ou voir. Fampitaha, fampita, fampitàna – trois mots malgaches signifiant comparaison, transmission et rivalité – forment des déclinaisons dans lesquelles les interprètes glissent d’un état à l’autre et semblent suivre un mouvement en perpétuelle métamorphose. 

MC93 – Maison de la culture de Seine-Saint-Denis
5 – 8 novembrenov.

Nacera Belaza
La Nuée

Danse
Réserver

Reconnue pour ses chorégraphies minimalistes et envoûtantes, Nacera Belaza poursuit son exploration du cercle et du rythme initiée avec Le Cercle (2019) et L’Onde (2021), pièces marqueurs de son langage chorégraphique. Après une première étape de création à Bruxelles en mai 2024, la chorégraphe prolonge le processus de création de La Nuée en invitant dix nouveaux interprètes au plateau. 

MC93 – Maison de la culture de Seine-Saint-Denis
14 – 17 novembrenov.

Stefan Kaegi, Rimini Protokoll
Ceci n’est pas une ambassade (Made in Taiwan)

ThéâtrePerformance
Réserver

C’est à Taïwan que nous embarque le metteur en scène voyageur de Rimini Protokoll, Stefan Kaegi, avec trois performeurs natifs et résidents de l’île. Dans ce spectacle où l’action filmée en direct nous entraîne dans les méandres d’un décor miniature, la fiction pointe une réalité géopolitique ubuesque.

MC93 – Maison de la culture de Seine-Saint-Denis
22 – 30 novembrenov.

Rosana Cade, Ivor MacAskill
The Making of Pinocchio

Théâtre
Réserver

Investissant, pour le théâtre, le territoire peu exploré de l’affection queer, le duo Cade MacAskill part du conte de Collodi pour raconter la transition de genre et ses répercussions dans le couple. The Making of Pinocchio apparaît comme un manifeste burlesque pour les formes en construction.

Points communs – Théâtre des Louvrais
14 – 16 novembrenov.
Scène nationale de l'Essonne – Théâtre de l’Agora
19 – 20 novembrenov.
MC93 – Maison de la culture de Seine-Saint-Denis
29 novembrenov. – 8 décembredéc.
La Merise
12 – 14 décembredéc.
La Ferme du Buisson, Scène nationale – cinéma – centre d’art contemporain
18 – 19 décembredéc.

Joël Pommerat
Marius

Théâtre
Réserver

Ce spectacle, inspiré de l’œuvre de Marcel Pagnol, explore le thème de l’évasion. Certains des comédiens ont découvert le théâtre à la maison centrale d’Arles. Marius offre une occasion unique de découvrir une dimension peu connue mais cruciale de l’art de Joël Pommerat.