François Chaignaud

Petites joueuses

Danse
Musée du Louvre
4 – 16 novembrenov.
1/2

Première mondiale

En continu de 19h à 22h

Comprenant la visite libre de l’exposition « Figures du Fou. Du Moyen-Âge à la Renaissance »

Tarifs 15 € à 38 €
Abonnés 15 € et 28 € 

Réservation à partir du 14 juin

Musée du Louvre

Lundi 4 novembre

19h30

Lundi 4 novembre

19h50

Lundi 4 novembre

20h10

Lundi 4 novembre

20h30

Lundi 4 novembre

20h50

Lundi 4 novembre

21h10

Lundi 4 novembre

21h30

Lundi 4 novembre

21h50

Lundi 4 novembre

22h10

Jeudi 7 novembre

19h30

Jeudi 7 novembre

19h50

Jeudi 7 novembre

20h10

Jeudi 7 novembre

20h30

Jeudi 7 novembre

20h50

Jeudi 7 novembre

21h10

Jeudi 7 novembre

21h30

Jeudi 7 novembre

21h50

Jeudi 7 novembre

22h10

Samedi 9 novembre

19h30

Samedi 9 novembre

19h50

Samedi 9 novembre

20h10

Samedi 9 novembre

20h30

Samedi 9 novembre

20h50

Samedi 9 novembre

21h10

Samedi 9 novembre

21h30

Samedi 9 novembre

21h50

Samedi 9 novembre

22h10

Lundi 11 novembre

19h30

Lundi 11 novembre

19h50

Lundi 11 novembre

20h10

Lundi 11 novembre

20h30

Lundi 11 novembre

20h50

Lundi 11 novembre

21h10

Lundi 11 novembre

21h30

Lundi 11 novembre

21h50

Lundi 11 novembre

22h10

Jeudi 14 novembre

19h30

Jeudi 14 novembre

19h50

Jeudi 14 novembre

20h10

Jeudi 14 novembre

20h30

Jeudi 14 novembre

20h50

Jeudi 14 novembre

21h10

Jeudi 14 novembre

21h30

Jeudi 14 novembre

21h50

Jeudi 14 novembre

22h10

Samedi 16 novembre

19h30

Samedi 16 novembre

19h50

Samedi 16 novembre

20h10

Samedi 16 novembre

20h30

Samedi 16 novembre

20h50

Conception François Chaignaud. Avec (en cours) Esteban Appeseche, Cécile Banquey, Marie-Pierre Brébant, François Chaignaud, Samuel Famechon, Florence Gengoul, Pierre Morillon, Cassandre Muñoz, Marie Picaut, Alan Picol, Maryfé Singy, Ryan Veillet. Collaborateur artistique Baudouin Woehl. Aide à la direction musicale Marie-Pierre Brébant, Alan Picol. Costumes Romain Brau. Création et régie lumières Abigail Fowler. Régie costumes Alejandra Garcia. Administration, production mandorle productions – Garance Roggero, Jeanne Lefèvre, Emma Forster. Agence de diffusion à l’international A propic – Line Rousseau, Marion Gauvent. 

Production déléguée Mandorle productions
Mandorle productions est subventionnée par la Drac Auvergne-Rhône-Alpes – ministère de la Culture et la Région Auvergne-Rhône-Alpes
Coproduction Musée du Louvre ; Festival d’Automne à Paris
Accueil en résidence Ménagerie de verre ; CND Centre national de la danse ; La briqueterie CDCN du Val-de-Marne
François Chaignaud est artiste associé à Chaillot – Théâtre national de la Danse ainsi qu’à la Maison de la danse de Lyon – Pôle Européen de Création et à la Biennale de la danse de Lyon
Avec le soutien de Dance Reflections by Van Cleef & Arpels

Le Musée du Louvre et le Festival d’Automne à Paris sont coproducteurs de ce spectacle et le présentent en coréalisation.

Avec le soutien de

Pour la troisième année consécutive, le Festival d’Automne poursuit son partenariat avec le Musée du Louvre, développant ensemble une collection de performances contemporaines inédites dédiées au musée et à ses œuvres. À l’occasion de l’exposition « Figures du Fou. Du Moyen-Âge à la Renaissance », qui explore la valeur subversive de l’insensé dans la société médiévale, le danseur et chorégraphe François Chaignaud présente Petites joueuses, une pièce en forme de parcours immersif et continu dans le Louvre médiéval ou des créatures mutantes et résonnantes investissent ses fortifications, et forment un troublant carnaval. 

Petit joueur, petite joueuse : ce terme péjoratif, synonyme de lâcheté, de manque d’ambition, le chorégraphe François Chaignaud se l’est approprié afin d’en subvertir les significations. Affirmer par la singularité, l’insolence ou la légèreté des corps, une autre manière d’investir l’espace, tout en brouillant le champ sémantique de la grandeur attaché au lieu consacré de l’art. Des petites joueuses performant dans le Grand Louvre, inventant leurs propres règles, déjouant les codes, introduisant du trouble, du jeu, de l’équivoque – faisant dégonfler les effets d’autorité de cette immense machine d’exposition. En prenant le Louvre par son revers, cette communauté de performeurs et de performeuses révèle les couches archéologiques de sa partie médiévale ; un par une, chaque visiteur découvre ses fondations, accédant à un organisme vivant, exhalant, bruissant, peuplé de figures graves ou cocasses. Petites joueuses agit comme un contrepoint aux « Figures du Fou. Du Moyen-Âge à la Renaissance », une nef chantante, affirmant la centralité de la marge.